Mercredi, Arte passait Amour, le sublime et néanmoins terrible film de Michael Haneke, Palme d’Or au Festival de Cannes 2012, avec un Jean-Louis Trintignant désespéré qui découvre la dégradation de l’état de santé de la femme qu’il aime.

Le matin même, le Club des Experts d’Objectif InDépendance présentait les résultats de l’étude réalisée par l’Ifop pour Adhap Services sur Le rôle d’aidant familial vu par les Français.

Notre société vieillit avec pour corolaire un phénomène auquel nous n’étions pas préparé : la perte d’autonomie des personnes âgées et l’obligation pour leurs proches de leur venir en aide, une situation à laquelle, tout comme Georges dans le film d’Haneke, ils ne sont strictement pas préparés.

Se retrouver aidant familial, voilà une situation qui inquiète 8 Français sur 10 – et qui concerne la quasi-totalité de la population (92%) : des chiffres qui parlent d’eux-mêmes.

Pire, les Français se sentent plutôt abandonnés par les pouvoirs publics : 58% estiment que sujet qui fait partie de leurs priorités et 71% que les règlementations en la matière demeurent insuffisantes.

S’ils se sentent très « légitimes » pour assurer ce rôle d’aidant à l’égard de leur proches, ils ne s’en sentent pas totalement capables : une personne sur deux estime ne pas avoir les capacités requises.

Bon vouloir et générosité d’un côté, désarroi et sentiment d’abandon de l’autre, voilà ce qui caractérise aujourd’hui les aidants familiaux : ce qui explique que 88% des Français jugent nécessaire la création d’un statut officiel.

Pour mieux assumer leur mission au quotidien, 66% des aidants souhaitent l’aide de professionnels du maintien à domicile ; mais 37% pensent également que des équipements technologiques leur seraient d’un grand secours. En fait, toute aide de quelque nature qu’elle soit serait la bienvenue, car leur souffrance n’est pas un vain mot.

Comme le faisait remarquer le spécialiste du 3ème âge Serge Guérin, il n’est pas fréquent dans notre pays, peu habitué à l’unanimité, que plus de 8 sur 10 Français partagent la même perception. Unanimité qui témoigne d’un besoin de soutien et de réassurance pour les aidants.

Et si heureusement la technologie passe après l’humain, les objets connectés offrent un vaste champ d’applications pour garantir l’autonomie des seniors en toute sérénité comme l’a souligné Pascal Brunelet, Président de la Silver Valley et de Link Care Services.

Partagez