Il peut nous arriver qu’un garçon de café se trompe en nous rendant la monnaie ou qu’un coiffeur nous écorche le cuir chevelu en nous coupant les cheveux : cela signifie-t-il que tous les garçons de café sont des escrocs et tous les coiffeurs des incapables ? Certainement pas !

Les amalgames sont détestables car ils jettent rapidement l’opprobre sur une profession et montrant du doigt une brebis galeuse ; et comme on en trouve toujours une, la généralisation équivaut à une (fausse) démonstration.

C’est d’ailleurs une des sources de ce que l’on appelle aujourd’hui les « fake news », ces fausses informations qui polluent le Web, social ou non ; et le phénomène devient encore plus redoutable quand le sujet est sensible et que la source est censée faire autorité.

Sujet sensible + autorité journalistique = Pièces à conviction, diffusé mercredi dernier sur France 3.

Nul ne niera que les exemples présentés étaient horribles, ni que la détresse des soignants et des familles est bien réelle : les aidants au sens large (aidants familiaux et aidants professionnels) sont confrontés tous les jours à la grande dépendance d’êtres humains, et nombreux sont ceux qui eux-mêmes, ont besoin de secours pour supporter cette réalité quotidienne, une réalité obsédante.

Dans leur immense majorité, les professionnels en charge de personnes âgées sont des personnes qui forcent l’admiration.

Dans leur immense majorité … parce qu’en grattant bien, on trouve toujours les exceptions … qui ne sont pas la règle générale, mais la deviennent si l’on ne parle que d’elles.

Et c’est là que l’on entre dans le mensonge, avec toute l’autorité d’une chaine de télévision d’état : pourquoi ne pas dresser une tableau représentatif des Ehpad avec les bons élèves – la très grande majorité – et les autres ?

Pourquoi ? Parce que cela ne ferait pas d’audience : Pièces à conviction, comme toute émission diffusée à une heure de grande écoute, doit faire de l’audience – Point à la ligne !

Heureusement la Ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a réussi à élever le débat notamment en fin d’émission elle en rappelant que dans 20 ans, 5 millions de Français seront âgés de plus de 85 ans avec toutes les conséquences prévisibles que l’on peut imaginer en termes de dépendance.

Sachant que 90% des séniors souhaitent un maintien à domicile, la vraie question est celle de la transition, d’un passage apaisé du 3ème   au 4ème âge, et la prise en compte, non seulement de la détresse des seniors mais également de leur entourage.

Il y aurait certainement de beaux reportages à réaliser sur le « vrai » travail au quotidien de ceux qui entourent les personnes dépendantes – et certainement un rappel historique, quand lors de ce que l’on appelle les Trente Glorieuses, on enfermait les vieillards dans de vrais mouroirs avec les déséquilibrés : sur ce point, notre société a accompli d’indéniables progrès, même si la route reste encore longue.

Partagez